L’Histoire du Chatbot

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Table des matières

Oyez Oyez, nous nous retrouvons cette semaine pour un article à propos de l’histoire du chatbot, de sa naissance à aujourd’hui. Avant de commencer quelques mots-clefs pour susciter votre intérêt: Test Turing, Eliza, MIT, Siri et Alexa. Continuez de lire pour comprendre le lien entre tous ceux-ci.

Définition​

Un chatbot est un programme qui essaye d’avoir une conversation avec une personne pendant quelques minutes dont objectif est de lui donner l’impression de s’adresser à un humain.

Nous pourrions alors penser que le programme est sensé comprendre ce que lui dit la personne, mais cette impression est fausse, la plupart des agents conversationnels ne sont pas conçus pour comprendre.

Ils repèrent des mots-clefs ou des expressions qui sont alors appelés déclencheurs pour trouver la réponse dans la base de donnée. Cela marche jusqu’à une certaine limite, la conversation est plus ou moins intelligente, et ne nécessite pas de comprendre de quoi ils parlent.

Pour améliorer les failles de cette techniques, à savoir associer « comment ça marche ? » « Comment fonctionne le logiciel ? », il faut avoir recours à un système fondé à la fois sur la méthode de reconnaissance des mots-clés décrite ci-dessus et sur un système de reconnaissance des mots et d’analyse linguistique.

En lançant le deuxième système sur la phrase énoncée par l’interlocuteur, l’analyse linguistique va essayer de trouver les informations nécessaires pour répondre à la question, si il n’y a pas de correspondance alors le chatbot se rabat sur la méthode des mots-clefs.

C’est pour cela qu’il faut différencier deux types de chatbots :

  • – les bots simples, qui se basent à partir de la méthode des mots-clefs et
  • – les bots intelligents, qui utilisent une analyse linguistique basée sur une technologie de compréhension du langage naturel.

Histoire du chatbot

Avant de parler du premier chatbot le plus connu, à savoir « Eliza », permettez moi de vous présenter son ancêtre.

Le mot ancêtre pourrait vous paraître fort mais si je vous dit qu’Eliza a été créé en 1964 et que le chatbot dont je vous parle remonte à 1780, vous me comprenez mieux.

L’homme derrière les premières recherches de chatbot n’est autre qu’un abbé français, l’abbé Mical, il a mit au point deux têtes parlantes en cuivre, qui étaient capables de prononcer quatre phrases en reproduisant maladroitement la voix humaine, donnant l’impression qu’elles avaient une conversation.

têtes parlantes de l'abbé mical

Par la suite il y a eu Eliza comme évoquée au-dessus qui a été créée par un professeur du MIT, Joseph Weizenbaum. Son fonctionnement était assez simple :

 
– Elle débutait par « Bonjour. Pourquoi venez-vous me voir ? » Puis en fonction de la réponse de l’utilisateur elle essayait de trouver une question dans le prolongement.
– Autre cas de figure : l’utilisateur lui pose une question elle lui répond questionnant l’origine de cette question : « Pourquoi cette question ? »
– Et si l’interlocuteur prononçait une phrase comprenant le mot computer (cf recherche de mots-clefs comme énoncé dans la définition), elle demandait : « Dites-vous cela parce que je suis une machine ? »
Les chatbots suivants sont basés sur Eliza tel que PARRY créé en 1972 qui a d’ailleurs interagit avec elle puis ALICE en 1995 etc… Les chatbots sont depuis de plus en plus nombreux, parmi les plus connus on trouve Siri et Alexa.

Quel est le meilleur chatbot ?

Mais alors comment pourrait-on évaluer les capacités d’un chatbot ? 

C’est là qu’intervient le test de Turing : il est destiné à tester la catégorie des chatbots qui veulent imiter les humains.  

Mis en place par Alan Turing en 1950, ce test fonctionne de la manière suivante : un jury parle avec 2 utilisateurs via écrans interposés, l’un des deux est un chatbot, l’autre un humain. À l’issu du test le jury désigne celui qu’il pense être un robot.  

Turing Test version 3

Les failles du test sont les suivantes : si l’objectif du chatbot est de répondre aux questions d’un client mais qu’il n’arrive pas à simuler une certaine humanité, alors il ne validera pas le test alors qu’il peut très bien répondre aux questions destinés aux clients.

Après que ce test ai vu le jour, le Prix Loebner a été mis en place en 1990 par Hugh Loebner pour décerner le prix au programme informatique le plus humain. Quelques chatbots ont gagné ce prix : par exemple le chatbot ALICE cité plus tôt a gagné le prix les années suivantes: 2000, 2001, et 2004. Le dernier vainqueur en date est le robot Mitsuku.

Il faudrait se demander si le test Tuning est toujours pertinent car selon des recherches menées par le MIT, plus le chatbot cherche à paraitre humain plus le jury s’en méfie.

Fun Fact

Un petit fun fact avant de se quitter ?

Après la sortie de l’assistante Alexa par Amazon, le nombre de filles appelées après ce prénom a baissé de moitié de 2015 à 2018.

la baisse du prénom Alexa aux Etats Unis

Le mot de la fin

Les robots, bien que leur évolution fût tout à fait remarquable ces 20 dernières années, n’ont néanmoins pas fini de s’améliorer et nous surprendre.

Aujourd’hui les experts s’accorde à dire que les chatbots ont leur place dans certaines des tâches quotidiennes d’un humain mais ne peuvent pas encore le remplacer pour autant, un constant que nous partageons chez TeamBrain.

N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour ne pas rater nos prochains articles qui tiendrons une cadence hebdomadaire !

bye bye

A PROPOS DE TEAMBRAIN®

TeamBrain® est une solution de machine Learning développée par la société du même nom, une entreprise française d’édition de logiciels. Conçue et développée avec ses clients et au contact de ses utilisateurs finaux, TeamBrain® est un accélérateur de la transformation digitale.

Powered by

Logo TeamBrain